Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avions déjà étudié en mai dernier comment Jean-Luc Mélenchon avait falsifié les chiffres de sa « Marche pour la Sixième République » à l’aide d’un habile système de miroirs et d’allers-retours discrets en autobus. Si si. En réalité, nous n’étions qu’une trentaine à défiler, mais ce Mélenchon est un sacré prestidigitateur. Le bon Manuel Valls, que notre dépit chagrinait, nous fit alors la grâce d’un chiffre made in « préfecture-de-police » relevant nos troupes à 30000. Sympa.

Le même procédé a été mis à l’œuvre hier 1er décembre, à l’occasion de la « Marche pour la Révolution fiscale » s’opposant notamment à la hausse de la TVA. Cette fois-ci, la préfecture de police, qui s’était dans un premier temps déclarée non habilitée à compter les manifestations à caractère politique (exactement comme le 5 mai, vous vous souvenez ?), nous a finalement sorti le chiffre de 7000. Vous avez bien lu, sept-mille. Soit un concert de rock dans une salle somme toute moyenne. C’est fort aimable de la part de Manuel Valls : je sais bien, moi, que nous n’étions que vingt-quatre à défiler. Je sais bien que c’est le Front de Gauche qui a diaboliquement truqué les clichés ci-dessous :

Photo AFP

Photo AFP

Photos Stéphane Burlot

Photos Stéphane Burlot

J’ai d’ailleurs attentivement examiné les photographies prises par mes soins entre deux vins chauds (dont nous nous trouvâmes bizarrement trop vite à court) : on y distingue très nettement les miroirs destinés à grossir le nombre ainsi que les camionnettes qui nous ramenaient inlassablement au point de départ dès l’arrivée.

01/12 : Le méchant Mélenchon nous fait marcher !
01/12 : Le méchant Mélenchon nous fait marcher !
01/12 : Le méchant Mélenchon nous fait marcher !
01/12 : Le méchant Mélenchon nous fait marcher !
01/12 : Le méchant Mélenchon nous fait marcher !

Plus sérieusement, on se méfiera naturellement du double danger que représente cette querelle de chiffres dans laquelle « on » voudrait nous enfermer. D’une part, il s’agit de décrédibiliser le Front de Gauche dans son ensemble, et la personne de Jean-Luc Mélenchon en particulier, en nous ridiculisant. D’autre part, cette tentative d’humiliation relève de la pure et simple diversion, en nous conduisant à ne plus parler du fond de notre marche. Pendant que l’on débat éternellement de chiffres, le pourquoi de notre colère passe à la trappe.

J’ignore si nous étions 100000. J’ai estimé, à la louche, dans les 50000 manifestants. Je sais en revanche pour quoi nous marchions : contre la hausse de la TVA qui sert à compenser les cadeaux faits au grand patronat ; contre les offrandes aux actionnaires quand le commun des mortels voit son pouvoir d’achat diminuer ; pour la limitation des hauts revenus et une véritable répartition des richesses, à travers par exemple 14 tranches d’impôt, afin de « lisser » l’effort ; pour la traque de l’exil fiscal qui représente environ 60 milliards d’euros de perte par an – ça marche aux Etats-Unis, qu’on n’accusera pas de bolchévisme.

Pour une sortie par le haut à travers une politique de relance et de grands projets plutôt qu’un attentisme soi-disant consensuel qui accable toujours les mêmes.

Pour la gauche.

01/12 : Le méchant Mélenchon nous fait marcher !
Tag(s) : #rassemblement, #médias, #Front de Gauche