Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la nuit tombante, une lueur vacillante aura au moins réussi à éclairer quelques cœurs. J’ose croire que les 215000 vues (en six jours) de la conférence de presse donnée au soir des Européennes ne sont majoritairement pas le fait d’esprits dégueulasses venus se repaître de notre douleur ; que l’honnêteté et l’humanité touchent encore des gens eux-mêmes honnêtes et humains. On se console comme on peut me direz-vous. La désarmante simplicité des mots cache parfois des actes fondateurs.

Une putain de baffe, une jolie victoire

Pour le reste, l’heure est à un sentiment de désolation générale – tout est désolé. Au-delà des chiffres (malgré ce que relaient les médias, on sait que le FN n’est pas le premier parti de France, loin derrière le camouflet de l’abstention), la pente, mauvaise, n’en finit pas de se dérouler. L’entreprise familiale Le Pen, sans lever le petit doigt, se gave des évènements.

«… le fruit va lui tomber tout droit dans la bouche. Toute la décomposition en cours du champ politique, ou bien alimente directement son fond, ou bien emporte sans combat les digues qui s’y opposeraient. […]Les prochains condiments qui vont alimenter le suivant pic sont en place. D’un côté l’implosion de l’UMP, libérant de vastes pans de sympathisants de tous niveaux, de l’autre la débilité de l’équipe au pouvoir et de ses supplétifs entretenant tous les ingrédients d’une implosion autrement plus dangereuse : celle de l’Etat. […]La première réponse au moment, c’est la volonté de ne « rien lâcher » et, pour cela, d’être vigilant, à l’affut de toute brèche qui viendrait à s’ouvrir dans le mur qui nous enferme actuellement. Et s’il le faut, on creusera avec les doigts. » (Jean-Luc Mélenchon, Pendant que la poussière retombe.)

Voilà, il nous faut creuser avec les doigts, nous user les os pendant que Marine se fait couler un bain (la formule est de Mermet sur France Inter). Tout se passe comme si nous assistions à la tranquille installation d’un fascisme people, qui n’a qu’à apparaître sur les plateaux TV pour cueillir les voix. La machine s’auto-entretient : les lepénistes n’ont nul besoin de tracter, de coller, de manifester, il leur suffit de sourire de toutes leurs dents qui rayent le parquet pendant que les médias font reluire les sondages. Quelle est l’implication du FN dans les luttes sociales, dans les débats d’idées, dans les actions de toutes sortes ? Elle est nulle.

Une putain de baffe, une jolie victoire

Dans la vraie vie, nous, peuple de gauche, aurons gagné un combat : je veux parler de celui des Fralib à Gémenos (13). Au terme de 1336 jours de lutte (manifestations, boycott national, recours en justice, soutien des syndicats et des partis progressistes…), les modestes salarié-e-s ont arraché au géant UNILEVER l’accord qui ouvre la voie à une SCOP. Une jolie victoire dont les éditorialistes ne nous causeront guère. Une victoire ouvrière, une victoire de la République sociale contre les forteresses du fric. Qu’a fait le FN pour la marque de thé L’Éléphant ? Le FN connaît-il ce que signifient 1336 jours de lutte ? Le FN ne connaît que Pujadas et Closer, les prophéties auto-réalisatrices de TF1 et de BFM.

Puisse la vraie vie un jour l'emporter.

Une putain de baffe, une jolie victoire
Tag(s) : #FN, #Front de Gauche, #Fralib, #unilever